MONTRÉAL (QC), le 11 novembre 2021 — Xebec Adsorption Inc. (TSX : XBC) (« Xebec »), fournisseur mondial de solutions d’énergie propre, a annoncé aujourd’hui ses résultats du troisième trimestre 2021, dont voici les faits saillants :

  • Les revenus de 26,7 M$ pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à 18,4 M$ pour la même période de l’exercice précédent.
  • La marge brute de 10,1 M$ (38 %) pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à 4,4 M$ (24 %) pour la même période de l’exercice précédent.
  • La marge BAIIA ajustée de 0,3 M$ pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à 0,4 M$ pour la même période de l’exercice précédent.
  • Une perte nette de 9,2 M$ ou (0,06 $) par action au cours de la période de trois mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à une perte nette de 2,2 M$ ou (0,02 $) par action pour la même période de l’exercice précédent.
  • Un fonds de roulement de 71,2 M$ au 30 septembre 2021, pour un ratio courant de 1,88:1, comparativement à un fonds de roulement de 171,2 M$ et un ratio courant de 4,12:1 au 31 décembre 2020.
  • La direction met à jour ses prévisions avec des revenus dans le haut de la fourchette comprise entre 120,0 à 130,0 M$ comparativement à une fourchette de 110,0 à 130,0M$ auparavant et des marges de BAIIA ajusté à une fourchette de -3,0 % à -5,0 % comparativement à une fourchette -3,0 % à -4 % auparavant pour refléter l’acquisition de UECompression et les risques liés à la chaîne d’approvisionnement.
  • Au 30 septembre 2021, la société disposait de 61,9 M$ en trésorerie et en liquidités soumises à des restrictions, comparativement à 168,6 M$ au 31 décembre 2020.

Faits saillants financiers :

Trois mois terminés le
30 septembre,
  % de
variation
neuf mois terminés le
30 septembre,
% de
l
a variation
2021 2020 2021 2020
(En M$) (non

vérifiés)

(non vérifiés) (non vérifiés) (non
vérifiés)
Revenus 26,7 18,4       45 % 80,0 50,2 59 %
Marge brute 10,1 4,4       130 % 19,3 11,7 65 %
Marge brute % 38 % 24 % 24 % 23 %
BAIIA ajusté (1) 0,3 0,4 (9,0) 1,4
Bénéfice net (perte) (9,2) (2,2) (25,9) (3,7)
Bénéfice net (perte) par action — de base ($/action) (0,06) (0,02) (0,17) (0,04)
Nombre moyen pondéré d’actions 153 521 659 105 485 980 153 201 728   92 928 420

 

En date du : 30 septembre
2021
31 décembre
2020
Total de l’actif 435,9 444,7
Total du passif 121,7 100,7
Capitaux propres 314,2 344,0
En date du :  10 novembre
2021
9 novembre
2020
Carnet de
commandes
 100,1 88,4
(1)

 

 

Le BAIIA ajusté part du BAIIA et s’ajuste aux charges de rémunération à base d’actions, à la dépréciation des stocks, au gain/perte de change sur l’obligation découlant de la participation des actionnaires sans contrôle dans une filiale, à la perte/gain de change, à l’accroissement de la dette, la dépréciation des immobilisations corporelles et le paiement final en lien avec le départ antérieur d’employés et les frais juridiques.

 

Résultats financiers

  • Le chiffre d’affaires a augmenté de 29,8 M$ pour atteindre 80,0 M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à 50,2 M$ pour la même période de l’exercice précédent. L’augmentation de 59 % s’explique principalement par les acquisitions réalisées en 2020 et en 2021, dont 1) un montant de 22,8 M$ au titre des sociétés de services et d’ACS et 2) un montant de 30,5 M$ au titre de HyGear et d’Inmatec. Ces facteurs ont été contrebalancés par les projets à long terme de production de GNR. Au fur et à mesure que la société se dirige vers des produits normalisés tels que Biostream, les revenus seront comptabilisés à la livraison.
  • La marge brute est passée de 11,7 M$ à 19,3 M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à la même période de l’exercice précédent. La marge brute en pourcentage a augmenté pour passer de 23 % à 24 % en raison de l’impact positif des acquisitions réalisées en 2020 et 2021, contrebalancé par l’impact négatif des projets à long terme de production de GNR.
  • Les frais de vente, de dépenses administratives et autres frais généraux (« VGA ») pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, d’un montant de 31,7 M$, ont augmenté de 18,6 M$ comparativement à 13,1 M$ pour la même période de l’exercice précédent. Cette hausse est principalement attribuable aux frais de vente et charges administratives supplémentaires liés aux sociétés nouvellement acquises : 1) 5,9 M$ au titre des sociétés de services et d’ACS; et 2) 9,4 M$ au titre de HyGear et d’Inmatec. De plus, les frais de vente et charges administratives ont augmenté en raison d’une hausse du nombre d’employés, des frais de recrutement et des coûts associés à la croissance des ventes futures.
  • Les autres profits et pertes de 7,0 M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021 comparativement à 0,9 M$ pour la même période de l’exercice précédent. Cette hausse est principalement attribuable au paiement final en lien avec le départ antérieur d’employés, à des frais juridiques, des coûts d’intégration et des frais liés aux fusions et acquisitions
  • Les frais de recherche et développement (R et D) de 1,9 M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021 sont liés au développement par la société de la deuxième génération du produit Biostream et à la poursuite du développement de projets de valorisation du biogaz et de l’hydrogène. Depuis le 1er janvier 2021, les dépenses de R et D sont comptabilisées au fur et à mesure qu’elles sont engagées.
  • Une perte d’exploitation de 21,4 M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à une perte d’exploitation de 2,4 M$ pour la même période en 2020. L’augmentation de la perte d’exploitation s’explique principalement par l’augmentation des frais VGA susmentionnée et par les autres profits et pertes contrebalancée par une légère augmentation de la marge brute consolidée en pourcentage.
  • Une perte nette de 25,9 M$ ou (0,17 $) par action au cours de la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à une perte nette de 3,7 M$ ou (0,04 $) par action pour la même période de l’exercice précédent.
  • Le BAIIA ajusté a diminué à (9,0) M$ pour la période de neuf mois terminée le 30 septembre 2021, comparativement à 1,4 M$ pour la même période de l’exercice précédent.

 

Citation du chef de la direction :

« Au troisième trimestre, nous avons progressé dans l’exécution de notre plan de croissance tout en réduisant l’impact de nos projets RNG. Cela s’est traduit par une marge brute plus élevée par rapport au premier et deuxième trimestre de cette année, car les contrats existants ont contribué à moins de revenus globaux et nous avons vu des revenus de meilleure qualité dans nos segments. Ultimement, nous nous concentrons sur notre transition vers des produits standardisés qui généreront des avantages à la fois en termes d’échelle et de coûts. De plus, nous avons annoncé, après la fin du trimestre, l’acquisition de la compagnie UECompression, basée au Colorado, qui nous donne une capacité accrue pour réaliser une croissance organique significative avec nos systèmes conteneurisés de production de gaz naturel renouvelable et d’hydrogène pour le marché nord-américain.

En 2021, nous avons progressé dans la constitution de l’équipe et amélioré notre configuration opérationnelle pour profiter des vents favorables pour les gaz renouvelables. Cependant, nous devrons rester vigilants sur les risques liés à la chaîne d’approvisionnement et d’autres perturbations opérationnelles alors que nous continuons à exécuter et à développer notre entreprise », a déclaré Kurt Sorschak, président du conseil, président et chef de la direction de Xebec Adsorption Inc.

Perspectives actuelles du marché
Le contexte politique et réglementaire semble favorable aux produits et services de Xebec. Comme en témoigne le « Build Back Better Act » de l’administration Biden qui allouerait 555 milliards$ aux investissements américains dans les énergies propres et la lutte contre le changement climatique.  La proposition prévoit notamment des crédits d’impôt pour le biogaz, le gaz naturel renouvelable, l’hydrogène et la fabrication locale.  En outre, le « Global Methane Pledge » a été annoncé lors de la conférence COP26, qui vise à réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici 2030 par rapport aux émissions de 2020.  Ces initiatives, entre autres, continuent de privilégier les technologies et les solutions éprouvées de Xebec pour réduire les émissions grâce aux gaz renouvelables.

De plus, la société a ressenti l’impact des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et continue de gérer ses risques, notamment des achats de stocks plus élevés que la normale et un double approvisionnement. Xebec se prépare également à relever des défis de transport potentiels qui pourraient entraîner des retards de revenus au cours des prochains trimestres. La stratégie de l’entreprise consistant à avoir une fabrication locale et à créer une fonction d’approvisionnement stratégique devrait contribuer à atténuer ce risque.

 

Systèmes — Technologies propres

Gaz naturel renouvelable (GNR)
Xebec continue d’exécuter ses projets RNG, les derniers projets étant en phase finale d’exécution et de mise en service. La diminution de l’impact de ces contrats du fait d’une moindre contribution au chiffre d’affaires total s’est traduite ce trimestre par une marge brute plus élevée. Dans l’ensemble, des produits standardisés tels que Biostream devraient conduire à un profil de croissance organique des revenus plus solide pour le segment, une gestion des coûts plus prévisible et une amélioration des marges brutes.

L’entreprise a également commencé la production de son Biostream de deuxième génération au Canada, avec l’objectif d’avoir une cadence de production de 30 à 40 unités par an. Les revenus sur la commande récente de 18 unités n’ont pas encore été constatés puisqu’ils seront désormais constatés à la livraison plutôt qu’au pourcentage d’achèvement.

Tel qu’annoncé récemment, la capacité supplémentaire acquise avec UECompression ajoutera 120 à 150 systèmes de gaz renouvelable conteneurisés pour une capacité nord-américaine totalisant 150 à 190 unités. Cette augmentation importante de la capacité de fabrication reflète la demande anticipée que Xebec entrevoit sur le marché pour ses produits du secteur agricole. En outre, l’expansion est également soutenue par le succès et les commentaires positifs reçus des clients pour la première génération de Biostream, qui compte désormais plusieurs unités produisant du GNR dans des fermes laitières américaines et fonctionne au niveau ou au-dessus des attentes.

L’hydrogène
Le trimestre a été marqué par plusieurs contrats d’hydrogène, dont un contrat pour une nouvelle application industrielle (processus de traitement thermique de recuit) avec un fabricant turc d’acier pour deux unités Hy.GEN® 150. Xebec a également commandé un projet clé en République tchèque où de l’hydrogène sera livré avec un partenaire local à une usine de fabrication de tungstène et de photonique.

De plus, la demande croissante de production d’hydrogène distribuée aux États-Unis a amené Xebec à lancer le processus d’établissement d’une fabrication locale via UECompression. L’entreprise reçoit de plus en plus de devis pour convertir du gaz naturel renouvelable en hydrogène vert, pour lequel elle possède une technologie de pointe.

Enfin, la plateforme de purification de l’hydrogène PSA de Xebec connaît plus d’activités au fur et à mesure que le marché de la mobilité se développe. Par exemple, une commande a été reçue d’une grande entreprise de robotique marine pour produire de l’hydrogène de haute pureté à partir du craquage d’ammoniac pour une pile à combustible à bord d’un navire. Xebec prévoit qu’à mesure que le marché de la mobilité se développera, le besoin d’hydrogène de haute pureté accélérera les opportunités de croissance pour sa plateforme PSA.

Oxygène et azote
Inmatec continue de voir ses niveaux de production record principalement en raison de la demande accrue causée par la pandémie COVID-19 pour de l’oxygène de qualité médicale d’origine durable et fiable. Pour répondre à cette demande, un bail a été signé au dernier trimestre pour doubler l’espace de production d’Inmatec à Herrsching en Allemagne et cette expansion va bon train.

Les organisations du monde entier continuent de voir les avantages de la production de gaz sur site. Inmatec a récemment présenté une proposition avec une livraison importante à un hôpital de Sainte-Lucie. Historiquement, il n’y avait pas d’oxygène disponible sur l’île et le gaz devait être importé sous forme liquide dans des conteneurs maritimes. Cet approvisionnement coûterait plus de 250 $ US la tonne. En générant le gaz sur place, l’hôpital paie désormais un dixième du coût qu’auparavant, réduit son empreinte carbone, est assuré d’un approvisionnement sécurisé et peut desservir plus de patients dans les unités de soins intensifs (USI).

Enfin, Inmatec constate une reprise de l’activité de production d’azote sur site alors que les pays industrialisés rouvrent dans le monde entier au moment où les restrictions imposées par COVID-19 sont levées.

 

Service et soutien industriels
Xebec a vu plusieurs développements dans sa stratégie de déploiement visant à acquérir des entreprises de services d’air comprimé afin de développer le réseau de services Cleantech de l’entreprise. Deux acquisitions ont été réalisées au cours du trimestre, notamment California Compression, basée en Californie, et les actifs de Wisconsin Compressed Air, basée au Wisconsin.

Alors que les centres de services ont ressenti l’impact des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les réservations ont été notables dans l’ensemble pour le trimestre et plusieurs divisions voient maintenant des contributions significatives des équipements de technologies propres. Xebec s’attend à ce que le rythme des acquisitions ralentisse alors que l’entreprise s’efforce d’intégrer, d’optimiser et de concentrer ses efforts au sein du segment.

 

Infrastructures pour la production de gaz naturel renouvelable
Xebec s’attaque au marché des infrastructures de gaz renouvelable par l’entremise de GNR Québec Capital S.E.C. (« GNRQC »), un fonds créé en partenariat avec le Fonds de solidarité FTQ (le « Fonds »), le plus important fonds de développement de capital au Québec. Xebec investit à parts égales avec le Fonds et participera à la vente d’équipements de gaz naturel renouvelable ainsi qu’à des ententes de pièces et de service à long terme pour ces équipements.

Le Fonds a évalué 28 projets jusqu’à présent et est activement impliqué dans 18 projets, qu’il s’agisse de nouveaux projets ou de projets existants, dans les domaines de l’agriculture, des municipalités, des sites d’enfouissement, à usage mixte et des déchets industriels. Le Fonds a maintenant exécuté avec succès plusieurs lettres d’intention pour des projets au Québec.

 

Guide de gestion 2021

Pour l’exercice complet 2021, Xebec met à jour ses prévisions annoncées au dernier trimestre avec des revenus maintenant prévu dans le haut de la fourchette comprise entre 120,0 à 130,0 M$ comparativement à 110,0 à 130,0 M$ auparavant et des marges de BAIIA ajusté à une fourchette de -3,0 % à -5,0 % comparativement à -3,0 % à -4,0 % auparavant. Ces prévisions reflètent la contribution de l’acquisition récemment annoncée de UECompression et les risques liés à la chaîne d’approvisionnement.

Xebec tiendra un webinaire en direct à l’intention des investisseurs pour discuter des résultats du troisième trimestre 2021
Un webinaire destiné aux actionnaires, analystes, investisseurs, représentants des médias et autres parties prenantes se tiendra aujourd’hui, le 11 novembre 2021, à 8 h 30 HNE (5 h 30 HNP).

Inscrivez-vous ici : https://app.livestorm.co/xebec-adsorption-inc/2021-q3-investor-webinar

L’enregistrement du webinaire et les documents d’accompagnement seront disponibles plus tard dans la journée dans la section réservée aux investisseurs du site web de la société à l’adresse suivante  xebecinc.com/investisseurs.

États financiers et Rapport de gestion du troisième trimestre 2021
Les états financiers résumés, les notes relatives aux états financiers et le rapport de gestion pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2021 sont disponibles sur le site Web de la société à l’adresse suivante xebecinc.com/investisseurs ou sur le site Web de SEDAR à l’adresse www.sedar.com.

Liens connexes :
https://xebecinc.com/

Relations avec les investisseurs:
Xebec Adsorption Inc.
Brandon Chow, responsable des relations avec les investisseurs
[email protected]
+1 450.979.8700 poste 5762

À propos de Xebec Adsorption Inc.
Xebec est un fournisseur mondial de solutions d’énergie propre destinées aux gaz renouvelables et à faible teneur en carbone utilisés dans des applications énergétiques, de mobilité et industrielles. L’entreprise est spécialisée dans le déploiement d’un portefeuille de technologies brevetées pour la production d’hydrogène, de gaz naturel renouvelable, d’oxygène et d’azote. En se concentrant sur la production de gaz écologiquement responsable, Xebec a aidé des milliers de clients dans le monde à réduire leur empreinte carbone et leurs coûts d’exploitation. Basée au Québec, Canada, Xebec est présente mondialement avec huit usines de fabrication, treize centres de services de technologies propres et cinq bureaux de vente répartis sur quatre continents. Xebec est cotée à la bourse de Toronto sous le symbole (TSX : XBC). Pour plus d’informations, consultez le site www.xebecinc.com.

Avertissement

Le présent communiqué de presse contient des énoncés prospectifs, au sens attribué à cette expression dans les lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. Ces énoncés ont trait à des événements à venir ou au rendement futur et reflètent les attentes de la direction à l’égard de la croissance, des résultats d’exploitation, du rendement et des perspectives et possibilités d’affaires de la Société ou de son secteur. Les énoncés prospectifs contiennent habituellement des mots et expressions comme « croit », « prévoit », « anticipe », « poursuit », « pourrait », « révèle », « planifie », « pourra », « a l’intention », « peut », « projette », « entrevoit », « devrait » ou des expressions similaires suggérant des résultats ou des événements futurs, bien que les énoncés prospectifs ne contiennent pas tous ces mots identificateurs. À titre illustratif, ces énoncés contiennent notamment des déclarations portant sur les sujets suivants : i) les actions que la Société devrait entreprendre pour atteindre ses objectifs stratégiques, ii) les principaux facteurs du marché qui influent sur les résultats de la Société, iii) les intentions à l’égard des travaux futurs de mise en valeur des gaz renouvelables, iv) les attentes à l’égard des activités commerciales et des commandes qui peuvent être passées au cours de l’exercice 2021 et par la suite, v) les tendances dans les marchés cibles de la Société et l’évolution de ceux-ci, vi) les débouchés de la Société sur le marché, vii) les avantages des produits de la Société, viii) l’intention de conclure des ententes avec des partenaires, ix) le recours futur à l’impartition et la chaine d’approvisionnement, x) les attentes à l’égard des concurrents, xi) l’incidence prévue des risques et des incertitudes qui sont décrits, xii) les intentions à l’égard du versement de dividendes, xiii) la gestion des risques de liquidité de la Société par rapport à la conjoncture économique prédominante, xiv) le plan de réduction des coûts de la Société, xv) la recherche de financement additionnel au cours des prochains mois, xvi) les énoncés concernant le bien-fondé des demandes d’autorisation d’actions collectives déposées contre la Société, xvii) les prévisions à l’égard des produits et du BAIIA pour 2021, xviii) l’attente que l’installation de Blainville permettra la production de 30 à 40 systèmes Biostream par année et les installation de UECompression permettra la production de 120 à 150 appareils et (xix) que la livraison prévue des systèmes Biostream de deuxième génération en 2022.

Ces énoncés ne constituent ni des promesses ni des garanties, mais comportent des incertitudes et des risques connus et inconnus susceptibles de faire en sorte que les résultats réels, le niveau d’activités ou le rendement de la Société diffèrent substantiellement des résultats, des niveaux d’activités ou du rendement futurs mentionnés expressément ou implicitement dans ces énoncés prospectifs. Ces risques incluent généralement des risques liés à la croissance des produits d’activités courantes, aux résultats d’exploitation, au secteur et aux produits, à la technologie, à la concurrence, à l’économie, au caractère suffisant de la couverture d’assurance et à d’autres facteurs dont il est question plus en détail dans le présent communiqué de presse et dans la notice annuelle de la Société déposé sur SEDAR, à l’adresse www.sedar.com.

Les énoncés prospectifs contenus aux présentes sont fondés sur un certain nombre d’hypothèses que la direction juge raisonnables à la date du présent communiqué de presse, notamment, mais sans s’y limiter, des hypothèses concernant les tendances dans certains secteurs du marché, le climat économique en général, le rythme et les résultats de l’évolution technologique, l’identité et les mesures prévues des concurrents et des clients, les hypothèses liées au bien-fondé des demandes d’autorisation d’actions collectives déposées contre la Société et leur incidence, la valeur du dollar canadien et les fluctuations des monnaies étrangères, les taux d’intérêt, les besoins en matière de fonds de roulement, les marges prévues dans le cadre de l’attribution de nouveaux contrats, l’état du carnet de commandes actuel de la Société, l’environnement réglementaire, le caractère suffisant des contrôles internes et des contrôles de divulgation, la capacité de la Société à intégrer avec succès les entreprises acquises, ainsi que l’acquisition et l’intégration d’entreprises au cours des périodes à venir. D’autres hypothèses, le cas échéant, sont énoncées tout au long du présent communiqué de presse. Si ces hypothèses se révélaient inexactes, les résultats réels de la Société pourraient être sensiblement différents de ceux exprimés ou sous-entendus dans les énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs formulés dans et en date du présent communiqué de presse sont expressément visés par l’intégralité de la présente mise en garde. Sauf dans la mesure où la loi l’exige, la Société n’est pas tenue de mettre à jour, ni de réviser publiquement les énoncés prospectifs exprimés aux présentes. Les lecteurs ne doivent pas accorder une importance indue aux énoncés prospectifs.

Mesures non-IFRS

Ce communiqué de presse fait référence à des mesures financières qui ne sont pas reconnues par les normes internationales d’information financière ( » IFRS « ). Une mesure financière non-IFRS est un indicateur numérique de la performance, de la situation financière ou des flux de trésorerie d’une société qui exclut ou inclut des montants, ou fait l’objet d’ajustements qui ont pour effet d’exclure ou d’inclure des montants qui sont inclus ou exclus dans les mesures les plus directement comparables calculées et présentées conformément aux IFRS. Les mesures non-IFRS n’ont pas de signification normalisée en vertu des IFRS et il est donc peu probable qu’elles soient comparables à des mesures similaires présentées par d’autres sociétés ayant des activités identiques ou similaires.

La société estime que ces mesures constituent un complément d’information utile. Les mesures non-IFRS suivantes sont utilisées par la Société dans ce communiqué de presse : BAIIA, marge BAIIA, BAIIA ajusté, marge BAIIA ajusté et carnet de commandes.

Veuillez trouver ci-dessous les définitions des mesures financières non-IFRS utilisées par le présent document :

« BAIIA » désigne le bénéfice avant intérêts, impôts sur le revenu, dépréciation et amortissement, où les intérêts sont définis comme les coûts financiers nets selon l’état consolidé du résultat global.

« Marge BAIIA » étant le BAIIA en pourcentage des revenus.

« BAIIA ajusté » part du BAIIA et s’ajuste aux charges de rémunération à base d’actions, à la dépréciation des stocks, au gain/perte de change sur l’obligation découlant de la participation des actionnaires sans contrôle dans une filiale, à la perte/gain de change, à l’accroissement de la dette, la dépréciation d’immobilisation corporelle et les paiements uniques fait à des employés ayant quitté la compagnie dans l’année et les frais légaux.

« Marge BAIIA ajusté » désigne le BAIIA ajusté en un pourcentage des revenus.

« Carnet de commandes » désigne les contrats reçus et considérés comme des commandes fermes.